AccueilActualitésJournée internationale de la femme du 8 mars

Journée internationale de la femme du 8 mars

10 mars 2015 - Nouvelles

Journée internationale de la femme du 8 mars

La FPEP-CSQ rappelle la contribution des femmes

À la veille de la Journée internationale des femmes, la Fédération du Personnel de l’Enseignement Privé (FPEP-CSQ) tient à souligner l’apport indéniable de la venue des femmes sur le marché du travail, non seulement en éducation, en santé, dans les services sociaux, communautaires et à la petite enfance, mais bien dans toutes les autres sphères d’emploi. « Nous devons tous veiller à ce que l’accès des femmes à l’emploi, notamment à des emplois de qualité, soit maintenu et même amélioré », souligne le président de la FPEP-CSQ, Stéphane Lapointe.

 Selon lui, le prétexte d’atteinte de l’équilibre budgétaire invoqué par le gouvernement, vient menacer directement les importantes avancées auxquelles ont contribué la Loi surl’Équité salariale et l’accès au Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). « Ce dernier fait des envieux, partout dans le monde et, malgré qu’il a été démontré qu’il rapporte plus à l’État que ce qu’il coûte, le gouvernement Couillard le remet en question. Cherchez l’erreur... », d’ajouter Stéphane Lapointe.

 

Véritable catastrophe économique

 

Le président de la FPEP-CSQ affirme que les offres du gouvernement québécois aux employés du secteur public sont odieuses et qu’elles menacent la prospérité même de notre société. Il renchérit que, comme les emplois dans le secteur public sont occupés à 75% par des femmes, en fragiliser les conditions risque directement de faire obstacle à l’accès au marché du travail pour celles-ci. Cela représenterait, selon lui, une véritable catastrophe économique. « Ce n’est pas en rendant les femmes plus vulnérables financièrement qu’on conduira le Québec sur la voie de la prospérité», d’ajouter Stéphane Lapointe.

 

« En s’acharnant à précariser le travail des femmes dans la fonction publique, le gouvernement envoie un bien mauvais message au secteur privé. C’est déplorable que certains employeurs trouvent dérangeants les droits que les femmes ont acquis au fil des dernières décennies, tels l’accès au retrait préventif, le congé de maternité ou le congé parental. Pourtant, une politique familiale intégrée au marché du travail ne peut qu’assurer le futur de notre société ! », d’affirmer Stéphane Lapointe.

 

Les mauvais choix économiques

 

« Comment un employeur peut-il prétendre de façon honnête et responsable que des emplois moins bien rémunérés permettront la relance de l’économie ? En brimant l’accès ou en précarisant l’emploi des femmes, on diminue directement le revenu des ménages, cela ne fait que ralentir l’économie. Prétendre à la prospérité en adoptant des mesures d’austérité, c’est clairement un mauvais choix économique, au détriment des femmes et de toute la société québécoise», de conclure le président de la FPEP-CSQ.

 

Profil de la CSQ

 

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l’éducation. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

 

Profil de la FPEP-CSQ

 

La Fédération du personnel de l'enseignement privé (FPEP-CSQ) regroupe plus de 2 600 membres œuvrant dans quelque 41 établissements scolaires du primaire, du secondaire et du collégial, répartis dans dix régions du Québec.

 

Renseignements

 

Claude Girard
Conseiller en communication de la CSQ
Téléphone : 514 237-4432
Courriel : girard.claude@csq.qc.net

Twitter : @csq_centrale